Interim Management

Marc et le Fonds GavoorGeluk


Les interim managers sont souvent des professionnels ayant de nombreuses années d'expérience en management dans divers secteurs, qui, à un moment donné, font le passage de cadre/gestionnaire à celui d'indépendant. Ils recherchent plus de liberté, d'indépendance, de variété et la possibilité de partager leur expérience avec les autres. 

Pouvoir passer rapidement d'une mission à l'autre, faire face à l'incertitude d'être un freelance, être immédiatement opérationnel, ressentir la culture d'une entreprise et être très flexible ne sont que quelques-unes des exigences nécessaires pour un interim manager réussi. 

Les interim managers doivent parfois faire face à des préjugés. 

Ils passeraient d'un projet à l'autre, pratiqueraient des tarifs élevés et seraient très peu engagés socialement. 

C'est dommage de penser cela ! Chez AUSY, nos interim managers nous prouvent le contraire tous les jours ! Ils profitent même souvent de l'expérience acquise pour soutenir des projets sociaux en dehors de leur travail. Ces prochains mois, nous vous présenterons Inke, Pierre et Marc. 

Nous vous avons déjà parlé d’Inke et du SheDecides movement. Aujourd'hui, vous rencontrerez Marc, interim manager d’AUSY et co-fondateur du Fonds GavoorGeluk.

Qui est Marc ?

Marc, dit-il, s'est retrouvé chez AUSY by accident. Il a appris à nous connaître grâce à son réseau, et puis il a commencé comme interim manager. Une carrière dans laquelle il s'est engagé depuis 17 ans. 

En plus de ses heures de travail, il s'investit corps et âme dans son propre projet : le Fonds GavoorGeluk, qu'il a fondé avec Jan Toye en 2005.

Il trouve aussi le temps d'écrire. Il vient de publier son troisième livre : Collega in hoofd en hart.

Book: collega in hoofd en hart

GavoorGeluk

"En 2005, Jan Toye et moi-même avons fondé GavoorGeluk," dit Marc. "C'est un projet très personnel. Nous avons perdu tous les deux un enfant à cause du suicide. L'objectif de ce fonds est la prévention du suicide chez les jeunes. Car tout le monde pense qu’on ne perdra jamais un proche à cause du suicide, mais rien n'est plus éloigné de la vérité. Chaque année, en Flandre, 1200 personnes s’enlèvent la vie volontairement. Le suicide fait donc plus de victimes que la circulation."

"Afin de mettre en place ce fonds, Jan et moi avons longuement discuté avec différents scientifiques de la KU Leuven," poursuit Marc. "Ce projet a besoin d'une large base scientifique. C'est la seule façon d'aider réellement les jeunes. Aujourd'hui encore, nous nous appuyons sur une recherche scientifique approfondie pour chacun de nos projets."

D'une part, GavoorGeluk investit dans ce qu'ils appellent eux-mêmes les "bonnes pratiques". Il s'agit ici de projets qui contribuent à la prévention du suicide chez les jeunes, dont l'effet est scientifiquement prouvé. D’autre part, le fonds a également mis en place un certain nombre de projets propres, notamment Les écoles chaleureuses, Le William chaleureux, Les villes chaleureuses.

Les écoles chaleureuses

Une école chaleureuse est une école où chaque enfant se sent bien dans sa peau. Une école qui, en plus du développement cognitif de l'enfant, se concentre également sur le bien-être mental de ses élèves.

Marc : "La santé mentale commence dès la maternelle. Avec les écoles chaleureuses, nous voulons donner aux enfants les outils nécessaires pour faire face aux moments difficiles, être résilients et les sensibiliser à l'importance d'une bonne santé mentale."

À quoi ressemble une école chaleureuse ? "Dans une école chaleureuse, toute l'équipe s'efforce de renforcer le bien-être et le fonctionnement émotionnel des enfants et des jeunes. L'école chaleureuse ne se concentre pas seulement sur le bien-être de ses élèves, mais sur le bien-être de tous les intervenants : enseignants, parents, partenaires ..." nous confie Marc.

Le William chaleureux

Le William chaleureux est un grand ours bleu qui veut encourager les enfants et les jeunes à parler de leurs problèmes. 

Marc explique : "Dire qu’on se sent mal dans la peau, c'est souvent un seuil énorme. Avec le William chaleureux, nous voulons convaincre les enfants et les jeunes de parler à leurs proches. Dans plusieurs écoles primaires, nous avons placé un banc sur lequel l'ours bleu est assis. Lorsqu'un enfant est assis à côté du William chaleureux sur le canapé, il fait signe à ses amis qu'il veut parler de quelque chose."

"Et pour les jeunes, nous avons développé une application," poursuit Marc. "Ils y lisent des histoires et des témoignages d'autres personnes qui ont traversé une période difficile et qui ont été aidées en en parlant. Grâce à l'application, vous pouvez également remercier votre propre William chaleureux, et vous y trouverez des conseils et des astuces pour être vous-même un William chaleureux pour les autres."

Les villes chaleureuses

Une ville chaleureuse prête attention aux 8 piliers de la résilience des enfants et des jeunes. Car si 1 jeune sur 5 souffre de problèmes psychologiques, 4 jeunes sur 5 indiquent qu'ils se sentent bien dans leur peau. Ces jeunes peuvent aider leurs pairs qui sont en difficulté. Les 8 piliers de la résilience sont :

  1. Soyez attentif aux besoins et aux droits fondamentaux des enfants et des jeunes.
  2. Encouragez une éducation chaleureuse et solidaire.
  3. Soutenez le développement personnel.
  4. Créez un lien entre les enfants, les jeunes et leur environnement. 
  5. Maximisez les opportunités pour la santé physique.
  6. Faites en sorte que la vulnérabilité soit discutable dans un environnement sûr.
  7. Permettez aux enfants et aux jeunes de trouver facilement le chemin vers l'aide.
  8. Impliquez les enfants et les jeunes dans cette politique.

C'est une question de time management

Comment Marc combine-t-il tout cela avec son emploi à plein temps d’interim manager ? "Time management, time management et encore du time management," dit-il. "Il y a beaucoup de temps qui s'écoule dans le fonds. De plus, Jan et moi y travaillons sur une base volontaire. Mais en tant qu’interim manager, mon travail consiste à introduire une structure claire dans les entreprises et à les aider à s'organiser d’une manière rentable. J'applique cette expérience dans GavoorGeluk."

"Une partie importante de mon temps libre est consacrée à GavoorGeluk," dit Marc. "Je travaille avec cœur et âme sur ce projet. De plus, je considère la gestion de cette organisation comme mon devoir. Souvent, nous ne nous réalisons pas assez à quel point nous somme privilégiés. Pour tout ce que nous recevons, je pense que nous devons aussi donner quelque chose en retour. Certains le font en silence, en donnant de l'argent, d'autres le font en fondant quelque chose, comme Jan et moi l'avons fait il y a 15 ans."

Lire plus

Pierre Hugé reading to children
La charité = faire un don d'argent ? Pierre fait autrement !
#interimmanagement
A group of women from the SheDecides movement
Inke, interim manager, et le SheDecides movement
#interimmanagement #shedecidesmovement
Road with yellow sign
Comment un interim manager remet une entreprise sur les rails
#interimmanagement